01 44 29 01 29

Logo MST Risk

PAPILLOMAVIRUS ou PVH

Les papillomavirus humains ou PVH affectent les muqueuses génitales et sont transmis par voie sexuelle. Ils sont fréquents dès le début de la vie sexuelle et sont détectés chez 1/3 des femmes de l’adolescence et une vingtaine d’années. La plupart des types sont bénins et ne causent pas de cancers. Ils peuvent en revanche causer des verrues ou condylomes.

Certains sont à l’origine du cancer du col de l’utérus, premier à être reconnu par l’OMS comme étant attribuable à 100% à une infection virale

Les symptomes de la maladie

SIGNES POSSIBLES

La plupart du temps, l’infection par les papillomavirus ne donne aucun signe de maladie : elle est silencieuse et disparaît spontanément en un à deux ans.

Des petites verrues (condylomes) peuvent apparaître sur les organes génitaux ou l’anus.

Ces signes apparaissent de 1 à 8 semaines après la contamination.

La transmission de la maladie

TRANSMISSION

 

Les papillomavirus peuvent se transmettre par les attouchements, même lors d’un rapport sans pénétration, par l’échange de sextoys.

Ils peuvent également se transmettre par la voie muqueuse mais aussi par la voie cutanée.

Un seul rapport peut suffire pour être infecté par le virus.

Le diagnostic de la maladie

DIAGNOSTIC

Le diagnostic se fait par un examen si les verrues (condylomes) sont visibles.

Ces verrues sont généralement indolores, elles créent parfois des démangeaisons, des irritations et de l’inconfort. Elles sont très contagieuses.

Chez les femmes, les condylomes peuvent se former sur la vulve, dans le vagin et sur le col de l’utérus ou autour de l’anus.

Chez les hommes, ils peuvent se former sur le pénis, sur le scrotum ou autour de l’anus.

Mais souvent, le premier signe d’une infection par le papillomavirus provient du résultat d’un frottis du col de l’utérus.

Les traitements de la maladie

TRAITEMENT

Pour les femmes, il est possible de prévenir l’infection contre deux ou quatre types de papillomavirus les plus répandus grâce à la vaccination.

La cryothérapie, à l’azote liquide est la technique la plus utilisée. Le laser CO2est parfois utilisé pour les détruire .

Pour le traitement local les condylomes (verrues) génitaux externes et périanaux, il est possible d’utiliser l’acide trichloracétique mais surtout l’imiquimod.

 

Pour en savoir plus sur les MST et le rôle du dermatologue, cliquez ici

Jeunes amis avec l'application MST Risk

Pour avoir toujours la bonne information à portée de main
télécharger gratuitement l’application

MST Risk